Entre Nous

forum entre amis
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 sinkeries...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
sink
Fidele
avatar

Nombre de messages : 969
Age : 60
Localisation : partie nord de la France
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Mer 7 Fév - 16:19

Vous vous en êtes peut-être aperçu, mais je n’aime pas trop étaler ma vie privée sur le net... Aujourd’hui, je vais faire une petite exception, même si elle met en cause mon épouse bien aimée qui tient ici le mauvais rôle.

Alors voilà : à la maison, je souffre du syndrome du “concombre mou”.

Les esprits mal tournés vont me dire : “cours t’acheter du Viagra, hé, vantard !”.
Vous n’y êtes pas ! Je ne suis pas si prétentieux, même si la dépression affaiblit effectivement ma libido ! Il ne s’agit pas de sexe , mais de l’honnête cucurbitacée qui a droit de cité sur nos tables.
Je m’explique.
Lorsque nous faisons les courses alimentaires une fois par semaine, mon épouse achète entre autres 2 concombres. Rien d’anormal, jusque là tout va bien.
Mais arrivé à la maison, au moment de ranger les concombres, ça ne loupe pas : il reste ceux de la semaine d’avant ! Et c’est ceux là que nous mangerons dans le courant de la semaine.
Si on calcule, ça fait en général une bonne dizaine de jours qu’ils traînaient à la cave et du coup, il n’ont plus cette fraîcheur croquante qui, avec un bon assaisonnement, fait le charme de ce légume. En clair, ils sont plus que bof, un peu mollassons sur les bords...
Je ne suis pas tombé dans la facilité du gaspillage qui consisterait à jeter subrepticement à la poubelle les anciens concombres pour ne manger que les frais, mais parfois ça me démange...
Vous allez me dire : “Dis à ta femme de ne pas en acheter une semaine et tu repars à zéro avec des légumes frais.”

C’est ce que je fais dans le magasin, mais mon épouse me répond : “nous en mangerons 2 fois”. Si je fais des objections, c’est l’argument imparable :

— J’aime bien en avoir d’avance, on ne sait jamais.

— Oui mais avoir d’avance des concombres qui ne seront tout mous au moment de les manger, ça sert à rien !

— Tu exagères ! Ça se conserve bien sur une semaine !

Si j’insiste :
— Ah, tu m’embêtes à la fin à râler comme ça !

Mon bec une fois cloué, elle met deux concombres dans le chariot...

Rentrés à la maison, la malédiction frappe de nouveau : nous n’en mangeons qu’une fois dans la semaine et le cycle infernal continue...

Des fois, il arrive que ma femme cède à ma demande : pas de nouveau candidat au blettissement. Sur le papier, ça baigne, tout comme les concombres qui restent à la cave parce que, comme par un fait exprès, nous ne les mangeons pas cette semaine là mais la semaine suivante, où ils sont encore pires, croquants comme des marshmallows, capables de se sauver tout seul pour laisser leur place aux remplaçants que ma chère et tendre n’a pas manqué d’acheter.

Il y a deux semaines, en faisant les courses, j’ai dis à ma femme qui prenait des concombres qu’il en restait 2 à la cave et que pour une fois, on pourrait s’abstenir d’en acheter et manger des frais. Réponse : “On mangera ceux qui restent demain . J’ai fais un plan de repas et ceux-là on les mangera mardi”. Et hop, dans le chariot !
Inutile de vous dire qu’à l’heure où j’écris, las 4 concombres gisent de tout leur long à la cave...

La semaine dernière, en faisant les courses, j’ai demandé perfidement à ma femme : “Tu ne prends pas de concombre ? C’est vrai qu’il en reste 4 à la cave, on devait en manger 2 samedi dernier et 2 mardi : tu avais fait un plan de repas...”. “Ça va, ça va...” m’a-t-elle répondu. Elle avait bien compris que je me moquais gentiment pour me venger de n’avoir pas été écouté !
À l’heure où j’écris, les cucurbitacées sont toujours à la cave, où ils se la coulent douce, au propre comme au figuré...

Les concombres sont maudits...

De la même façon, j’aurais pu vous parler du syndrome de la carotte moisie (il ne s’agit évidemment pas d’une MST...) dont les symptômes sont les mêmes (que ceux les concombres, pas des MST), avec une variante : “je sais qu’il reste des carottes, mais je les ferai cuire. Celles-là c’est des fraîches pour faire des carottes râpées”.
Inutile de dire que ce qui est râpé, c’est pas les carottes, c’est le fait d’en manger des fraîches... On arrive à avoir jusque 3 lots de carottes, ce qui permet de voir les différentes étapes de leur décomposition...

À défaut d’être râpées ou cuites, les carottes sont également maudites...

J’exagère un peu, mais c’est quand même un peu vrai et il fallait que ça sorte... C’est chose faite, merci de m’avoir prêté une oreille compatissante !

(Rassurez-vous, nous mangeons quand même des légumes frais !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arkana
Cool Friend
avatar

Nombre de messages : 1374
Age : 34
Localisation : Orléans
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Mer 7 Fév - 20:46

Je trouve ça génial le don que tu as de puvoir écrire de cette façon sur un sujet qui ne m'en inspirerait pas autant.
C'est toujours un bonheur de te lire sink.
Merci de nous avoir fait partager un peu de ta vie.
Bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arkana17.blogspot.com/
Phoebs
Cool Friend
avatar

Nombre de messages : 1064
Age : 31
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 17/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Mer 7 Fév - 21:54

Oups, jai chopé le meme syndrome Razz

Moi a chaque fois que je repense qu'il y a un foutu concombre au frigo, ça fait dja 15 jours kil est là voir plus, je suis obligée de le couper des deux bouts (trop mous, immangeable) et jme mange le petit milieu kest un peu moins molasson mais tt aussi détestable à manger!
lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fibz.free.fr/
Gunslinger
Mega Friend
avatar

Nombre de messages : 1819
Age : 36
Localisation : au milieu des champs
Date d'inscription : 16/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Mer 7 Fév - 22:48

reste plus qu'à faire une soupe yaourt/concombre (soupe froide, pour ceux qui suivent) ou à faire une soupe/purée de carottes !
Guns, la pro de la soupe... afro

_________________
Admin à temps partiel

But what does it mean to regret, when you had no choice ?
"to look life in the face, and to know it for what it is ; and last, to know it, to love it, for what it is ; and then, to put it away."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://throughtheglass.canalblog.com
Phoebs
Cool Friend
avatar

Nombre de messages : 1064
Age : 31
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 17/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Ven 9 Fév - 0:13

Ah non pas tes coupes, a chaque fois ke jte revoi manger ça jrepense au film là avec Michelle Laroque...un truc sur le régime. (ma mémoire défaille jme souvien plus du titre) Lautre elle choisit un légume par mois et doit manger que ça.
Elle choisit le concombre et sbouffe tt au concombre! mdrrrr
Soupe au concombre, salade de concombre... lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fibz.free.fr/
sink
Fidele
avatar

Nombre de messages : 969
Age : 60
Localisation : partie nord de la France
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Lun 12 Fév - 17:05

Sur docti, j’avais fait en novembre un topic sur la conspiration des objets qui s’ingénient à nous pourrir la vie. S’il y a des personnes désireuses de le lire et qui n’ont ni le temps ni le courage de fouiller dans docti (je pense à ma petite Flora...) je peux le copier et le recollé ici. Avis...

Cela fait des années que je mange du fromage blanc. Cela fait des années que je subis la méchanceté des opercules d’aluminium qui ferment les pots neufs. Ah, ils savent y faire !
Je ne vous ferais pas l’injure de vous donner le mode d’emploi, mais je le rappelle quand même pour bien préciser les différentes manières de nuire que ces opercules ont imaginés. Donc :
1° on ôte le couvercle
2° on saisi la languette prévue à cet effet
3° on tire sur la languette et le pot est ouvert, prêt à être savouré.
Ça, c’est la théorie. Passons aux faits.
Le couvercle, hormis le fait de projeter des résidus séchés partout, ne pose en général pas de problème. Le couvercle est resté au stade primaire de son évolution et n’a pas encore développé, à ma connaissance, de perversité diabolique.
Saisir la languette : quelle bonne blague ! Elle est tellement repliée sous le rebord qu’on se coupe sous les ongles à essayer de la saisir ! Enfin, à l’aide d’un couteau, on y parvient. Candidement, on tire, et la languette reste entre les doigts, cassée... Il ne reste plus qu’à assassiner l’opercule à coup de couteau, c’est facile et on s’en met partout...
Averti de cette fragilité, on peut aussi tirer doucement, sans déchirer la languette. L’opercule se déchire alors en son milieu, et rebelote, on s’en met plein les doigts à retirer les lambeaux coupants de cet opercule qui s’accroche tant qu’il peut au bord du pot.

Jeudi dernier, il est arrivé une première pour moi. Le pot ouvert, je l’incline au dessus d’un bol pour verser le fromage blanc à l’aide d’une cuillère. Là, surprise ! Le petit lait était resté bloqué sous une couche de fromage blanc et, brutalement libéré, a jailli comme un geyser. J’avais l’air malin, les vêtements tout tachés... Tiens, tu t’es oublié, sink ? Parce que si c’est le cas et vu la couleur, file dare-dare voir un médecin...

Encore en retard au travail, ce jour là...

J’arrête là pour aujourd’hui, mais ce n’est pas fini...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arkana
Cool Friend
avatar

Nombre de messages : 1374
Age : 34
Localisation : Orléans
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Lun 12 Fév - 17:16

je me répète mais j'adore ta manière d'écrire, alors moi oui je voudrais bien lire ta théorie sur la conspiration des objets.
Bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arkana17.blogspot.com/
Gunslinger
Mega Friend
avatar

Nombre de messages : 1819
Age : 36
Localisation : au milieu des champs
Date d'inscription : 16/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Lun 12 Fév - 17:25

ça me rappelle les nombreuses trahisons de mes pots de fromage blanc !!! morte de rire en lisant ce doux récit ô combien véridique...mais? je croyais que tu étais passé au nutella ? ça se passe comment avec l'opercule de ces pots-là ?

_________________
Admin à temps partiel

But what does it mean to regret, when you had no choice ?
"to look life in the face, and to know it for what it is ; and last, to know it, to love it, for what it is ; and then, to put it away."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://throughtheglass.canalblog.com
Arkana
Cool Friend
avatar

Nombre de messages : 1374
Age : 34
Localisation : Orléans
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Lun 12 Fév - 17:28

ha l'opercule du nutella je trouve que c'est le pire pour ma part, tu es fatalement obligé de l'attaqué sauvagement au couteau parce qu'ils ont bêtement oublié de mettre une languette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arkana17.blogspot.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: sinkeries...   Lun 12 Fév - 17:29

trop chere
Revenir en haut Aller en bas
sink
Fidele
avatar

Nombre de messages : 969
Age : 60
Localisation : partie nord de la France
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Lun 12 Fév - 17:31

Non, je pense que l'opercule de Nutella est moins agressif : il n'est en général pas enduit de Nutella en dessous. De toute façon, je n'entame jamais un pot de Nutella, j'attends qu'il soit ouvert...

J’ai oublié d’ajouter un complément pour l’histoire de la malédiction des concombres, c’est celle de la baguette rassise (il s’agit évidemment de pain, hein !)

Ma mère, comme la grande majorité des personnes qui ont vécu les heures sombres de la dernière guerre mondiale et son cortège de privation, a horreur du gaspillage. Ce qui fait qu’enfant, nous ne mangions pratiquement jamais de pain frais : “Il en reste d’hier qu’il faut finir d’abord !”. Donc, la baguette fraîche du jour attendait nonchalamment le lendemain pour être rassise à point...

Eh bien mon épouse, à qui j’ai attribué le mauvais rôle avec les concombres, ne reproduit pas ce schéma : à la maison, nous commençons par manger le pain frais avant celui de la veille, et tant pis s’il en reste : soit il est grillé et mangé, soit les oiseaux s’en chargent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arkana
Cool Friend
avatar

Nombre de messages : 1374
Age : 34
Localisation : Orléans
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Lun 12 Fév - 17:36

ha ça le pain je connais, ma mamie nous fait toujours le coup, heureusement maintenant elle elle a son pain sans sel et moi mon pain de mie comme ça plus de pain rassis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arkana17.blogspot.com/
Gunslinger
Mega Friend
avatar

Nombre de messages : 1819
Age : 36
Localisation : au milieu des champs
Date d'inscription : 16/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Lun 12 Fév - 17:36

dis donc vous, ne devriez vous pas être en train de travailler fort studieusement au lieu de répondre à mes élucubrations ? (ce qui, pour ma part, ne me derange absolument pas, au contraire^^)

Jimmy Cricket

_________________
Admin à temps partiel

But what does it mean to regret, when you had no choice ?
"to look life in the face, and to know it for what it is ; and last, to know it, to love it, for what it is ; and then, to put it away."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://throughtheglass.canalblog.com
Arkana
Cool Friend
avatar

Nombre de messages : 1374
Age : 34
Localisation : Orléans
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Lun 12 Fév - 17:40

ben moi je suis au chômage alors j'ai le temps
et comme je ne peux pas faire grand chose en ce moment (à cause de mon cou) et bien il ne me reste plus qu'internet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arkana17.blogspot.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: sinkeries...   Lun 12 Fév - 17:44

ben moi je prefere dire en vacance c plus beau lol lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Arkana
Cool Friend
avatar

Nombre de messages : 1374
Age : 34
Localisation : Orléans
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Lun 12 Fév - 17:51

non moi en général je dis que je suis chercheuse à l'ANPE mais ça paye moins qu' CNRS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arkana17.blogspot.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: sinkeries...   Lun 12 Fév - 17:51

Laughing Laughing lol!
Revenir en haut Aller en bas
sink
Fidele
avatar

Nombre de messages : 969
Age : 60
Localisation : partie nord de la France
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Lun 12 Fév - 17:56

À ta demande, Arkana, je colle le post de docti sur les objets.

Je vais me faire allumer :
par Aze parce que je vais saturer le forum
par Jimmy Criquet parce que je ne suis pas en train de travailler...

————
Bonjour à tous !

Pour changer, un sujet d’apparence légère mais qui, en fait revêt une certaine gravité souvent porteuse de détresse.

Il s’agit de la grande loi des petites vexations. Il ne faut pas en rire, tout le monde représente une victime potentielle et quand on est dépressif, ses effets peuvent être dévastateurs !

Cette loi traite des actions qui répondent aux deux postulats suivants :

1° l’action va systématiquement à l’encontre de la volonté

2° l’action produit obligatoirement une gène importante génératrice de stress : “Pourquoi n’y a-t-il qu’à moi que ça arrive ?”

Prenons l’exemple type : la tartine de chocolat (ou confiture, miel...).

Tentez l’expérience. Laissez tomber une tartine à plat d’une hauteur un peu supérieure à sa plus grande dimension. Votre but final peut être soit qu’elle se retourne, soit qu’elle ne se retourne pas. Au final, il y a donc 4 cas de figure :

1- désir de retournement
a- avec retournement
b- sans retournement

2- désir de non retournement
a- avec retournement
b- sans retournement

Vous vous rendrez vite compte que les cas 1-b et 2-a ont une probabilité proche de 1 (ça se produit), les autres cas proche de 0 (ça ne se produit pas).

Cette expérience illustre bien le 1° postulat : c’est toujours le contraire de ce qu’on veut qui se produit. On peut aussi en déduire le corollaire suivant :
“ l’action est très difficile à reproduire volontairement”, ce qui correspond à l’exclamation courante : “je voudrais le faire exprès que je n’y arriverais pas !”

Dans la majorité des cas, l’action est involontaire. Pour une tartine, l’action involontaire correspond au 2-a : “J’ai pas fait exprès et je m’en mets partout”.

C’est dans l’action involontaire que la loi donne toute la mesure de son universalité et de sa puissance.
Revenons à la tartine. Elle peut retomber sur la face sale même si elle est involontairement lâchée d’une hauteur très faible, a priori insuffisante pour qu’elle se retourne.
J’ai vu une tartine faire ainsi un double saut périlleux avant de retombé sur la face sale alors qu’elle était tenue à une hauteur inférieure à sa largeur ! Et bien sûr elle avait profité de la voltige pour tomber sur des vêtements propres, à côté de la serviette !
Comment est-ce possible ?
En fait, il y a 2 actions involontaires : la 1° est de laisser échapper la tartine, la 2° est le réflexe d’essayer de la rattraper qui amplifie l’effet de la 1° action.

De même, la tartine qui ne tombe pas verticalement. Là c’est pareil : j’ai vu des personnes qui, au lieu de la laisser tranquillement tomber verticalement sur la table ou une serviette, se plaquent la face sale de la tartine sur la poitrine en essayant de la rattraper !

Pour finir avec la tartine, si vous êtes en bleu de travail sale, la tartine ne vous tachera pas car dans ce cas il n’y a pas de gêne. Par contre, avec des vêtements propre, quand on est en retard...

Les objets sont diaboliques ! Sans en avoir l’air, il arrivent à vous pousser au désespoir en respectant les règles de cette loi. Les exemples ne manquent pas.

Les objets font même alliance pour vous pourrir la vie. Le cas type est un petit appareil électroménager qui est assemblé avec des vis. Là, les vis se mettent d’accord sur celle qui résistera coûte que coûte au tournevis. Comment les vis ont-elles désigné celle qui devait résister ? D’une manière très simple : c’est la dernière qui s’y colle !
C’est la cas de le dire, et elle ira jusqu’au bout de diverses manières mais toujours avec une obstination rare :
- elle se laissera creuser la tête pour que le tournevis n’ai plus de prise
- elle se cassera de telle manière que l’objet reste indémontable
- elle cassera son support pour que l’objet ne puisse plus être remonté.

L’appareil prendra le relais, via toutes sortes d’actions :
Toutes ses parties se démontent d’un seul coup et le remontage devient aussi difficile que déchiffrer des runes anciennes. Le final de cette action, c’est la pièce en trop... Où va-t-elle ? De toute façon, il fait tout redémonter...

Un grand classique : l’élément qui se sauve. Vis, petit ressort (chtoing ! Disparu, retourné à l’état sauvage !). Des heures de joie à inspecter le sol à la loupe et à tamiser le sac de l’aspirateur...
Bien entendu, l’élément manquant est indispensable et irremplaçable ! Pour se le procurer, un faut racheter un nouvel appareil et le démonter... Et encore, le modèle ne se fait plus...

Les clips en plastique. C’est une invention démoniaque ! On ne sait pas trop comment les démonter : il faut tirer, c’est sûr, mais comment ? Fatalitas ! On trouve toujours comment faire quand on a cassé le 1° clip en tirant... Mais ça ne veut pas dire que les autres vont se laisser faire...
On pourrait remercier l’inventeur du ruban adhésif qui permet un nouvel assemble, mais c’est aller trop vite : ce fichu ruban colle particulièrement bien, mais seulement sur lui-même de sorte qu’on ne peut pas le mettre en place....

La complexité d’un objet est indépendante de la gêne qu’il peut produire. Pour que gêne il y ait, il suffit simplement qu’une occasion favorable de produire une gêne se présente.

Bien sûr, un objet complexe comme une automobile trouve beaucoup d’occasions de vous enquiquiner (le terme est faible) la vie, mais même les plus élémentaires y arrivent.

Un exemple vécu : l’anneau de porte-clé qui s’ouvre.
Complexité de l’objet : quasi nulle.
Gène potentielle dans 99 % des cas : faible, il suffit de ramasser les clés par terre. La clé plate est un objet qui par nature à tendance à se sauver moins loin que des objets plus ramassés sur eux-même.

Et bien je venais de recevoir les clés d’un studio que je louais. En tant que nouveau locataire, je rentre dans l’ascenseur. Le porte-clé profite de l’aubaine : il s’ouvre et la clé du studio, se riant de toutes les lois de probabilité, parvient à se faufiler dans l’étroite fente entre le palier et la cabine pour tomber au fond de la gaine d’ascenseur. J’aurais pu laisser tomber 1000 fois la clé sans parvenir à ce résultat !
Quelle galère pour la récupérer ! Je me voyais déjà dormir sur le palier...

En vrac :

la brique de lait ou de jus de fruit : à l’ouverture et/ou la 1° utilisation, en en met partout (l’inventeur de ce machin est un malfaiteur de l’humanité !)

Le lacet qui se casse quand il reste 2 minutes pour attraper le bus.

La pluie qui tombe le seul jour du mois où vous avez oublié votre parapluie.

La braguette de votre pantalon qui ne ferme plus alors que vous n’êtes pas chez vous.

La valise qui s’ouvre sur le quai de la gare, répandant vos affaires sur la voie une minute avant le départ de train. Variante : la poignée qui casse.

À vous de compléter avec vos expériences !

Parfois, il y a vraiment de quoi pleurer, c’est pour cela que j’ai mis ce (trop) long post, pour essayer de ne plus me culpabiliser ni me sentir personnellement visé quand des petites choses vont mal.

Bon courage à tous !
——————

PS je suis obligé de le coller en plusieurs fois, c'est trop long pour être accepté
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sink
Fidele
avatar

Nombre de messages : 969
Age : 60
Localisation : partie nord de la France
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Lun 12 Fév - 17:57

suite...
——————
Ça recommence !

Ce midi, après avoir déjeuné en vitesse, je veux sortir la poubelle, une de ces infâmes briques de lait vide et une boîte de sardine vide rincée à l’eau chaude (recyclage oblige).

La boîte de sardine m’échappe des mains. Abominable juron.
Réflexe stupide : j’essaye de la rattraper. Je manque, mais je la fais rebondir vers le haut. Une 2° fois, même résultat. Je l’attrape à la 3°.
De nouveau, abominable juron ! Pourquoi ? Parce que cette foutue boîte a choisi PILE l’endroit où mon blouson est accroché à une patère pour se sauver. Puis elle a fait EXPRÈS de se laisser repousser 2 fois vers le haut : comme ça elle a pu se frotter sur mon blouson qui c’est retrouvé tout taché et fleurant bon la sardine !

Je ne vais pas me laisser faire en disant qu’il n’y a qu’à moi que ça arrive ! NON, NON ET NON !
——————
La cafetière électrique est un progrès.
Un progrès dans la tyrannie des objets.
Le bol verseur est diabolique : il faut verser si lentement pour pas que ça coule partout à côté qu’il est impossible de résister à l’envie d’accélérer le mouvement !
Après, il n’y a plus qu’à partir à la nage chercher une serpillière !
——————
La pizza et les tartines, c’est le contraire des chats : ça tombe TOUJOURS à l’envers !

Petit flash-back sur les briques. Légères, incassable, maintenant recyclables, empilables pour économiser le volume pour le transport : que des qualités.
Ces qualités ne concernent pas l’utilisateur final. Lui, il a droit au total désagrément.
Les briques les plus primaires ne s’ouvrent qu’avec un paire de ciseaux. On coupe un petit triangle, on remplit le verre, on redresse la brique qui alors fait son rot et régurgite du liquide partout. J’ai essayé de ruser en découpant les 2 extrémités : miracle ! Plus de régurgitation ! La brique ne s’est pas avouée vaincue : c’est de la porte du frigo où elle est logée qu’elle arrose tout !
Les briques plus sophistiquées ont un fermeture en plastique. Celle-ci vous casse le moral de plusieurs façons. À l’ouverture, il y a un petit opercule d’alu à ôter.
En général, la languette se casse quand on tire dessus et il faut jouer les Ravaillac pour ouvrir la brique. Une fois ouverte, elle ne se fait pas prier pour en foutre partout : le trou est trop petit. Comme si ça ne suffisait pas, la fermeture en plastique se décolle. La brique ainsi ouverte en profite pour déborder de la porte du frigo...
C’est indémerdable, on devrait emprisonner l’inventeur de ces briques...
——————
Bonjour à tous !

“Ça n’arrive qu’à moi, j’avais vraiment pas besoin de ça en ce moment !”

J’essaye de me persuader du contraire pour que les mini-misères de la vie ne viennent pas s’ajouter au reste...

Parmi les objets qui arrivent à générer des situations qui font mon désespoir, je citerai encore, en vrac :

L’ordinateur qui se plante : “Consulter l’aide en ligne” Et COMMENT, s’il est planté ? Avec une boule de cristal ? Vous avez déjà essayé de formater un disque dur de 250 go avec Windaube familial ? Il en formate à peine la moitié...
L’ordinateur n’est pas un bon exemple : on SAIT que les emm.... viendront tôt ou tard, toujours au bon(?) moment...

Dans le registre vestimentaire, j’essaye de me persuader que je ne suis pas le seul dont le fond de pantalon a craqué. Au boulot, évidemment ! Et en pleine canicule, c’est à dire sans pull pour cacher la cata... Plus qu’à raser les murs en marchant comme un crabe...
Dans le même genre, s’asseoir sur la plage. Pas n’importe où, mais sur un chewing gum bien fondu et collant qui a réussi à se glisser sous mes fesses au bon (?) moment... La variante, c’est avec des espadrille à semelle de corde. Imaginez tout ce qui peut se glisser sous vos pas pour s’incruster entre les dites cordes... J’ai banni de ma vie ce type de chaussures après trop de déboires... Vous allez me dire : “il y a maintenant une semelle en plastique collée à la corde”. Oui, mais pas sur la tranche de la semelle...

le papier WC qui ne se déchire ni où ni quand il faut (sans autre commentaire)

Les serrures qui foirent : elles ne ferment pas ou refusent de s’ouvrir.
Les toilettes d’autoroutes ont cette spécialité de vous transformer soit en prisonnier, soit en exhibitionniste involontaire. Si ça ne marche pas, ces toilettes se vengent en vous douchant les pieds avec la chasse d’eau.

Si par bonheur vous vous êtes méfié, la balle passe dans le camp des lave-mains.
Les lave-mains arrivent à vous arroser le pantalon de telle sorte que vous avez l’air de vous être oublié dedans. Comme ça, non content d’être trempé, c’est la honte...
Si ça ne suffit pas, on se rend compte qu’il n’y a rien pour se sécher les mains, sauf ce qui vous reste de vêtements secs...
Je ne parle pas des malheureux qui se passent la figure à l’eau pour se rafraîchir : s’il y a quand même quelque chose pour se sécher, c’est une machine à jet d’air chaud, rien d’autre... Inutilisable pour la figure !

J’ai vécu un cas d’enfermement chez moi. J’étais seul ce jour là pour déjeuner. Je ferme la porte de la cuisine pour mettre un peu de chauffage (c’était l’hiver). Au moment de partir, la poignée tourne fou. Pas moyen d’ouvrir !
J’aurais pu sortir par la fenêtre, mais en chaussette sous la pluie et dans la boue avec 2° dehors qu’aurais-pu faire ? Une demi heure de marche en chaussette sous la pluie sans manteau pour retourner au travail ? les clés de la voiture, mes souliers et mon manteau étaient inaccessibles, entre la porte de la cuisine et la porte d’entrée verrouillée.
Au bout d’une demi-heure, j’ai réussi à démonter la serrure avec un couteau et une petite cuillère... Bien sûr, j’étais en retard au boulot...

La variante également subie, c’est la voiture avec les portes verrouillée et les clés à l’intérieur. Si le moteur est en marche, c’est encore mieux... Une heure de taxi pour récupérer les clés de rechange...

En parlant voiture, les papiers (carte grise et attestation d’assurance) sont des documents dotés de pouvoir que nous n’imaginons pas. Ils sont capables d’émettre une aura maléfique autour du véhicule auquel ils appartiennent.
Vous ne me croyez pas ?
Les forces de l’ordre sont inconsciemment alertées par cette aura que les papiers n’émettent QUE quand vous les avez oubliés chez vous et immanquablement vous êtes contrôlés...

J’ai assisté à un feu accidentel de voiture : le moteur avait pris feu. Le propriétaire ouvre la capot et se précipite avec un extincteur. Le malheureux propriétaire à eu l’air bête avec son extincteur vide !
(Heureusement le sinistre a vite été éteint avec un bassine d’eau)
Je suis certain qu’il gardait précieusement cet extincteur depuis des années au cas où. Le perfide objet a eu tout le loisir de se vider tout seul...

Toujours avec les véhicules. Jeune, j’avais un cyclo avec un antivol de direction. Avec des amis, nous étions partis dans la ville voisine, à 50 km de là. Au moment de repartir, la clé de l’antivol se casse. Il reste un petit bout dans la serrure et la direction reste bloquée... La rage !

Peut-être à suivre (malheureusement...)
——————
Les emballages culinaires sont, parait-il, destinés à nous faciliter la vie.
Foutaise ! C’est inimaginable la diversité de la perversité qu’on y trouve.

L’emballage de café “ouverture facile”. Il faut lire : “ouverture facile avec une paire de ciseaux”. J’ai assez donné avec les ongles cassés et le paquet qui s’ouvre brusquement, répandant le café moulu partout y compris bien sûr dans le réservoir plein d’eau de la cafetière... Le super top quand on est en retard le matin...

La boîte de conserve. L’ancien modèle, que l’on ouvre avec un ouvre boîte a coupé des générations de doigts.
La palme du vice revient à la boîte pourvue d’un anneau sur lequel on tire pour ouvrir.
On saisi l’anneau, on tire, puis on jette l’anneau qui s’est détaché sans ouvrir la boîte pour prendre l’ouvre boîte. Mais celui-ci n’accroche pas le bord de la boîte et est inutilisable. Plus qu’à jouer de nouveau les Ravaillac, mettant le contenu en charpie à grand coup de couteau.
Quelque soit le modèle, le couvercle trouve toujours le moyen, quand il se détache, de faire ressort et de vous envoyer une bonne giclette de jus/sauce sur les vêtements.

Il y a peu de temps, des objets se sont ligués contre moi : j’en aurai pleuré...
Je m’explique.
J’ai une mini-chaîne stéréo qui a de plus en plus de mal à lire les CD, malgré le nettoyage de la lentille et l’utilisation de CD “nettoyeur”. Puis elle a cesser complètement de lire les CD.
Comme il y avait en vente un modèle bon marché (je ne suis pas très exigeant) j’ai décidé de désosser mon appareil et d’en acheter un autre s’il ne fonctionne pas après.
Pas trop de problème pour démonter, la crise de nerf frôlée en le remontant : mettre une vis qui tend un ressort dans un coin peu accessible...
Évidemment, malgré les lentilles nettoyées des 2 côtés, il ne marche toujours pas. C’est pour ça qu’il s’est laissé remonter sans résister...

Tant pis pour lui ! Je prends ma voiture et je vais au magasin pour acheter un autre appareil. C’est là que la conspiration intervient : la chaîne stéréo ne pouvant plus rien me faire a confier à ma voiture le soin de me persécuter !
Arriver à 50m du magasin, le moteur s’arrête de lui même. La panne ! Impossible de redémarrer ! Évidemment, mon garagiste est fermé !
Je n’ai plus eu qu’à rentrer à pied, sans avoir acheté de nouvel appareil car trop encombrant à porter...

Elle a bien rigolé, ma mini chaîne ! Je suis resté le WE et 2 jours sans voiture (45mn de marche pour aller au boulot et il n’y a pas de ligne de bus qui passe par là) et une semaine avec une auto d’emprunt... Heureusement que ma voiture était encore sous garantie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoebs
Cool Friend
avatar

Nombre de messages : 1064
Age : 31
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 17/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Lun 12 Fév - 22:59

Moi ce n'est pas avec la carte grise mais avec les tickets de transport.
Les seules fois où j'ai pris le train/bus sans ticket (parce que pas d'argent, il pleut je ne peux pas marcher ou meme je rentre dans la gare juste pour aller chercher quelqu'un), et ça a du m'arriver 3 fois dans ma vie, je me suis faite controler!

La voiture qui tombe en panne au mauvais moment! Ah oui l'horreur, avec ma mère ça nous est arrivé deux fois.
La 1ere fois on devai aller a l'hopital, obligé dattendre lami de ma mere pour un remorquage sur l'autoroute avec une corde!
La 2eme invités à Caen pour un repas de famille. On a attendu 4 heures sur la nationale lami de ma mère et son copain pour pouvoir réparer la voiture. Heureusement, on est tombé en panne près dune cueillette de fraises. Je n'ai jamais mangé autant de fraises de ma vie!!

La plupart des choses que tu décris je les ai bel et bien vécu (et les vis tojours...).
lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fibz.free.fr/
sink
Fidele
avatar

Nombre de messages : 969
Age : 60
Localisation : partie nord de la France
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Jeu 22 Fév - 13:52

Bonjour !
Hier en début d’après-midi ce n’était pas la joie, mais c’est passé (pour le moment). Alors pour changer de genre, je vous mets trois petites histoires, en espérant que vous ne les connaissez pas déjà !

———
Quel point commun y a-t-il entre un gynécologue myope et un chien en bonne santé ?

Réponse : ils ont tous les deux la truffe humide...
———
Dans la classe, l’instituteur éternue.

“À vos souhaits Monsieur !” dit la classe en cœur, comme l’instituteur leur avait appris à dire par politesse quand quelqu’un éternue.
“Merci les enfant, mais aujourd’hui, comme j’ai le rhume des foins, je risque d’éternuer beaucoup., alors je vous dispense pour la journée de me dire à vos souhaits !”

Sink, en retard comme d’habitude, entre sans bruit par la porte de derrière et se glisse à sa place, au fond près du radiateur.

Le cours continue et l’instituteur éternue de nouveau. Dans le silence de la classe on entend la voix de Sink dire tout haut :
“Crève sale bête !”

(c’est de la fiction...)
———
En ce temps là, Jésus était arrivé au bord du Jourdain avec ses disciples.

— Nous allons traverser ici, dit Jésus.
— Mais nous allons nous noyer ! s'écrièrent les disciples.
— Hommes de peu de foi, croyez en moi et suivez moi !

Jésus s'avança et, miracle, il marchait sur l'eau. Après avoir hésité, les disciples s'avancèrent. Mais quand ils eurent de l'eau jusqu'à la taille, ils crièrent :
— Seigneur, Seigneur, nous allons tous nous noyer !

Jésus se retourna et dit :
— Marchez sur les rochers comme moi, bande d'abrutis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sink
Fidele
avatar

Nombre de messages : 969
Age : 60
Localisation : partie nord de la France
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Jeu 22 Fév - 15:35

Une autre histoire que j’ai reçue et que je m’empresse de vous copier !

Une famille est en train de déjeuner quelques jours avant Noël.
La petite fille de 10 ans ne mange pas beaucoup, elle garde le nez dans son assiette....

Au bout d’un moment, elle dit :
— J’ai quelque chose à vous annoncer.

Le silence se fait et tous écoutent.
— Je ne suis plus vierge ! dit-elle, et elle se met à pleurer, secouée par des hoquets de sanglots.

Un long silence suit....et puis.... Le père s’adresse à sa femme :
— C’est de ta faute, toujours habillée et maquillée comme une p..., tu crois que tu es un exemple pour ta fille ?
Toujours à te vautrer sur le canapé, les pattes en l’air... C’est lamentable ! C’est comme ça que les problèmes arrivent.

À son tour, la femme s’adresse à son mari :
— Et toi, tu crois que tu es un exemple ? À gaspiller ta paie avec des pétasses qui viennent parfois te raccompagner jusque devant la maison, tu crois que tu es un exemple pour ta fille de 10 ans ?

Et le père de continuer :
— Et sa grande soeur, cette bonne à rien, avec son copain chevelu et drogué, toujours en train de se tripoter et de baiser dans tous les recoins de la maison, tu crois que c’est un exemple ?

Et ça continue comme ça...
La grand-mère prend sa petite fille par les épaules pour la consoler et lui demande :
— Alors ma petite fille, comment cela est-il arrivé ?

Et la petite de répondre en étouffant ses sanglots :
— C’est le curé...

Tous s’arrêtent, interloqués. La grand-mère déglutit et poursuit :
— Comment ça... le curé... ?
— Le curé a choisi une autre fille pour faire la Vierge dans la Crèche de Noël. ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoebs
Cool Friend
avatar

Nombre de messages : 1064
Age : 31
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 17/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Dim 25 Fév - 23:21

Excellente tes blagues Sink! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fibz.free.fr/
sink
Fidele
avatar

Nombre de messages : 969
Age : 60
Localisation : partie nord de la France
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Mer 21 Mar - 13:27

Victimes des objets, bonjour !
(Ça fait émission radio-blaireau ou TV-ringard, comme intro, non ?)

Vous avez compris, je reviens sur ces objets qui se liguent pour nous pourrir la vie. Encore une fois, les vêtements, en particulier la fermeture souple à glissière, plus connue sous le vocable déposé de fermeture éclair.

Avant, les boutons étaient rois. Et des bons rois, jamais perfides ! Biens sûr, ils tentent l’impossible pour vous enquiquiner, mais en y regardant bien, ils s’y prennent comme des manches. Ils préviennent toujours avant de se détacher : le fil se relâche et si vous perdez un bouton, c’est que vous êtes négligents.

Ils tentent quand même de s’accrocher à tous ce qu’ils peuvent pour se sauver et se cacher. Mais même s’ils arrivent à retourner à l’état sauvage, se suicident en se cassant et que ceux qui restent sont les ultimes représentants d’une espèce aujourd’hui disparue, il vous reste la possibilité de changer l’ensemble des boutons pour qu’ils ne soient pas dépareillés.
Certains boutons tentent d’élargir la boutonnière pour ne plus remplir leur fonction, mais c’est puéril de leur part : trop facilement réparable !

Je passe sous silence la contre-attaque des boutons rivetés type blue jean. Une infection irréparable quand ils rendent leur âme noire...

Pour éviter les salves de boutons de braguette au passage des jolies filles, un génial malfaiteur a inventé la fermeture éclair ; il était peut-être de bonne foi, mais l’enfer est pavé de bonnes intentions... ou de bonnes inventions ?

Après une période où la fermeture garde un “profil bas” et fonctionne bien pour vous donner confiance, les ennuis commencent...

Parfois, les fermetures s’ouvrant totalement refusent de s’enclencher. En général, ça concerne des manteaux, alors pas de grosse gène : il suffit de le laisser ouvert ou d’utiliser la fermeture “coupe-vent” supplémentaire : boutons, pressions ou “scratch” (une belle saleté aussi, ça : combien d’écharpes ai-je esquintées avec ?).

Ensuite, la glissière se coince dans le tissu. En tirant au risque de faire un trou, on parvient à passer outre.

Ou encore la tirette se casse pour ne plus laisser de prise pour manœuvrer la glissière...

Ça c’était l’amuse-gueule, passons aux emmerdements majeurs !

La fermeture éclair adore se mettre en grève. Comment ? Facile, en ne fermant plus ! En position fermée, elle s’ouvre par le milieu. Je vous laisse imaginer : sac à main ouvert, manteau, braguette (en fredonnant entre ses dents “ouvrez la cage aux oiseaux”...) bref, la joie !
Le coup de la braguette qui ne ferme plus, j’ai déjà donné ! Et bien sûr en été, quand je ne porte pas de pull pour couvrir les... dégâts ! Avis aux victimes : la réparation de fortune avec des attaches trombones, laissez tomber, ça ne marche pas ! Crise de nerf garantie ! Avec une agrafeuse, prenez vos précautions : passez aux toilettes avant, c’est pas marrant de se casser les ongles en ayant une envie pressante...

Mon épouse a toujours une petite épingle de nourrice dans son sac pour contrer. J’ai aussi essayé, alors mon conseil : évitez la précipitation, il y a des endroits sensibles...

Encore, ce ne serait rien si c’était simplement ouvert... L’horrible ruse perfide, c’est que la glissière reste coincée, et vraiment bien coincée, coincée à mort...

— Dépêche-toi, sink, on va être en retard !

Il gèle dehors, je ferme mon manteau : ziiiiiip ! Et m... ! La fermeture s’ouvre du haut en bas avec la glissière coincée en haut. Impossible d’ôter le manteau pour en prendre un autre ! En me tortillant comme un ver coupé, j’arrive à dégager mes bras des manches. Mais la tête ne passe pas : me voilà avec une sorte de cape, tel un “superman” d’arrière cuisine...

— Qu’est-ce que tu fabriques ? Dépêche-toi !

Je tire comme un forcené sur la languette qui, bien évidemment, me reste dans les doigts...

— On va être en retard !

— C’est la fermeture éclair...

— Toujours au mauvais moment ! (Bien sûr, c’est pas quand on a une heure à perdre que la fermeture va attaquer !)

Avec un pince, j’arrive à me libérer.

Le soir, j’examine la fameuse fermeture éclair. Irréparable... Bonne à changer... Vous avez déjà essayé de changer une fermeture éclair cousue dans 4 épaisseurs de tissu repliées sur une longueur de 50cm sans machine à coudre ? C’est l’ultime et imparable vilenie de la fermeture éclair : elle sait bien que je n’aurais pas le temps de la changer ; le manteau est foutu...
Pourquoi pas un burnous... il n’y a pas de fermeture si ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoebs
Cool Friend
avatar

Nombre de messages : 1064
Age : 31
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 17/01/2007

MessageSujet: Re: sinkeries...   Jeu 22 Mar - 17:19

Encore cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fibz.free.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: sinkeries...   

Revenir en haut Aller en bas
 
sinkeries...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre Nous :: Au jour le jour =)-
Sauter vers: